Histoire des casaques
retour au Menu principal

1762: les chevaux de course de la duchesse de Richmond à l'entrainement (Stubbs)

Lors des premières courses de chevaux en Angleterre ou en France au milieu du XVIIIe siècle, le cavalier portait une coiffe noire munie d'une visière à l'avant et d'un flot de ruban à l'arrière, un foulard de batiste blanc noué sur la nuque, une large redingote à manche raglan, des hauts de chausses sanglés sous le genou, des bas de coton blanc et des souliers de cuir noir avec des boucles en argent. En fait, c'était une livrée aux couleurs du maître.

1821: le derby d'Epson (Géricault)

Si elle convenait pour l'usage ordinaire, cette tenue était inadaptée pour une compétition de vitesse. La lourde redingote fut remplacée au XIXe siècle par une chemise fine appelée casaque. Ses pans, au lieu de flotter, sont rentrés dans un pantalon blanc, remplaçant les hauts de chausses. Les jambes sont protégées par de minces bottes à revers de cuir. Une toque coiffe le jockey. La casaque et la toque prirent les couleurs des propriétaires des chevaux et de part ce fait, employeur des jockeys.

Casaque noire à chevron jaune

Manche noire à brassard jaune

Toque écartelée noir et jaune

Jean-Pierre Lemesle

Pendant plus d'un siècle, seules les couleurs permettaient d'identifier les compétiteurs. L'attribution des numéros n'apparut à Auteuil qu'en 1910.

La reconnaissance par les couleurs est incontestable et les courses de chevaux sont précurseurs en la matière. Elles serviront d'exemple aux autres sports, plusieurs décennies plus tard. Footballeurs, rugbymen et cyclistes se sont inspirés des casaques de jockeys lors de la création des premiers maillots.

Au XIXe siècle, la multiplication des propriétaires obligea à diversifier les couleurs sur la casaque, puis sur les manches et la toque, on se trouva avec des teintes comme ponceau, mandarine, maïs, ventre de biche.. et des dessins avec cercles, étoiles, croix, brandebourg, tresses...

En 1900, les sociétés des courses règlementent le choix des couleurs. 25 dispositifs (terme utilisé pour indiquer les dessins utilisés) de 2 coloris sont autorisés pour la casaque, 12 pour les manches et 10 pour la toque. 18 coloris seulement sont autorisés: blanc, gris, rose, rouge, grenat, orange, jaune, vert-clair, vert, gros vert (vert-foncé), bleu-clair, bleu, gros bleu (bleu-foncé), mauve, violet, beige, marron et noir.

Dans d'autre pays, les sociétés de course sont plus permissives dans le choix des coloris.

Voir l'étude sur les coloris possibles en Angleterre et en France.

Voir le site http://www.france-galop.com/